comment-perdurer-entrepreneuriat-wusu-blog-winnie-ndjock-2018

Aujourd'hui la création d'entreprises est encouragée, valorisée, surmédiatisée. Dans cette promotion où on évoque les titres de création de start-up et autres projets, on a peut-être tendance à minimiser le nombre de celles qui ne passent pas les deux ans. Lors de notre dernier WUSU Talk nous avons souhaité revenir sur cette problématique. Raison pour laquelle nous avons retenu comme thème la pérennité de l'entreprise. Revenons un peu sur des chiffres.

 

Le faible taux de survie dans l'entrepreneuriat au Cameroun

Les statistiques sont assez alarmantes. En 2015, selon Lucien MAHOP, patron de l'ECAM, 80% des entrepreneurs n'avaient pas résisté plus de deux ans au lancement de leur entreprise*. En 2016, on retrouve les résultats d’étude menées sur le territoire camerounais un peu plus détaillés sur le site de Jeune Afrique. Avec une distinction selon les secteurs d’activités, l’article nous apprend par exemple que les entreprises qui évoluent dans le secteur des services sont les plus vulnérables.

"Le taux de survie est plus élevé dans les secteurs de la transformation industrielle (66,4%) ou des activités agropastorales (46,8%). À l’inverse, ce sont les PME de services et du BTP qui résistent le moins bien avec un taux de réussite de 23,7% pour le premier et de 25,8% pour le second" **

Pour les raisons de cet échec chacun apporte ses suggestions mais il n’y a pas de réelles statistiques sur le sujet. On parle des impôts, du manque de financements, de mauvaise préparation, etc. Et les femmes sont les plus durement touchées.

Durant notre échange pour le WUSU Talk nous sommes revenus sur des éléments qui peuvent contribuer à la pérennité d’une activité.

 

Comment améliorer mes chances de faire perdurer mon activité

Je suis à mon propre compte depuis 1an, et comme beaucoup je sens peser sur moi le poids de l’officialisation de mon activité. De mon expérience et par mes discussions avec d’autres entrepreneurs j’ai eu l’occasion d’approfondir ce que je sais sur la gestion des projets, ce qui me permet de dégager 3 points essentiels qui vous aideront à faire perdurer votre activité en tant qu’entrepreneur (officiel) ou auto-entrepreneur.

 

1- Je Travaille mon mindset d’entrepreneur

Vous pouvez juste parler de l’esprit d’entrepreneur mais dans la traduction on perd un peu. Le mindset de l’entrepreneur c’est votre façon de vivre l'expérience d’entrepreneuriat. Il tient à :

 

  • Votre rapport à l’échec : Certains vont dire à la manière de 50Cents (ça date) « Get rich or die tryin » Cela laisse entendre qu’il n’y a pas de place pour l’échec. Ce qui est une erreur. Regardez le profil de tous ces hommes et femmes qui ont réussi à travers le monde. Ils ne sont pas arrivés là sans quelques claques. Inutile aussi de vous vanter de ne pas avoir peur. La peur nous indique ce à quoi nous tenons, ce pour quoi nous nous battons. Effectivement en se focalisant sur la peur on n’arrive pas à avancer. Mais en considérant nos peurs et en décidant de faire avec on surmonte les obstacles.
  • Votre capacité d’introspection : Entreprendre dans la durée c’est apprendre, appliquer et se renouveler. Vous n’avez rien à apprendre, vous savez déjà tout ce qu’il faut savoir ? Cet article ne vous ai d’aucune utilité. Aucun autre d’ailleurs. Si vous vous posez des questions cela signifie que vous pouvez faire mieux, comprendre ce qui vous manque pour avancer.
  • Votre rapport au risque : il rejoint un peu le rapport à l’échec. Ceux qui comprennent le risque savent qu’ils peuvent tout perdre ou gagner au-delà de leur mise de départ. Attention, toutes les start-up, même en Occident, ne deviennent pas des licornes. Vous pouvez vous endetter, pousser votre famille et vos amis à s’endetter et tout perdre. Malheureusement à ce moment le monde ne va pas s’arrêter de tourner pour vous. Je le comprends chaque jour quand je dois faire des sacrifices pour investir ou épargner.

 

 

2-Je me prépare avant de me lancer

Il y a une erreur très répandue, c’est celle de se dire « Mon idée est originale, elle est bien pensée, les clients vont forcément suivre ». Le fait que votre produit soit bien, le fait que sur le plan technique il corresponde aux besoins de votre cible ne signifie pas que cela va marcher. Vous devez préparer le terrain.

Pour moi, cela a été 10 ans en entreprises et 7ans comme freelance. Sans compter la multitude de petits boulots de vacances et de week-end que j’ai pu faire. Quand j’ai commencé à me renseigner sur le lancement de projets j’ai compilé différents pôles : Marketing, Finance, GRH, Recherche et développement, Production, Logistique, Droit. Bien sûr je ne maîtrise pas tous ces domaines. Mon domaine de prédilection est le Marketing mais je me sers des bases sur les autres pôles pour une activité routinière. Au-delà je sais que je dois faire appel à des intermédiaires.

Connaître ses forces et faiblesses ainsi que les opportunités et les menaces du secteur sur lequel on souhaite investir est une constante. Vous devez sans cesse renouveler ces informations. Si vous n’avez eu que la formation académique, complétez-la avec une expérience professionnelle. Et pas de lancement officiel sans prototype testé. A moins d'avoir les ressources nécessaires pour le supporter.

 

3-Je gère mon activité au quotidien avec pragmatisme

Une vision c’est bien pour vous projeter et bâtir votre stratégie ou même la culture de votre entreprise. La vision à travers la culture peut aider à fédérer l’équipe. Pourtant il vous faudra plus qu’une vision pour grandir. Je trouve dommage que lorsque j’interroge un jeune entrepreneur sur son projet il me réponde avec sa vision et renvoi ses actions loin derrière. Si vous voyez que vous n’avez rien accompli qui soit digne d’être cité alors de quel titre est-ce que vous vous parez ?

Je n’ai pas autant de moyens que beaucoup. J’ai lancé mon activité sans être capable de payer plus de 500 FCFA de connexion internet hebdomadaire. Je m’étais séparée de mon employeur, j’étais enceinte avec un jeune enfant à mon bras. Mon mari était seul à assumer cela je ne pouvais pas lui demander à ce moment d’en faire plus. Ou plutôt j’ai demandé mais il n’était pas très coopératif  Il a fallu lui montrer que je pouvais développer une activité rentable en partant du digital et là il a pu me soutenir.

Chaque action compte. Il faut juste savoir placer les bonnes actions au bon moment. Je ne reviendrais pas sur la gestion budgétaire qui est très importante car j’en ai déjà parlé dans des articles (sous le tag Gestion Financière). Dès le moment où vous avez décidé de vous lancer il faut lancer un premier calendrier c’est utile pour suivre votre évolution. Marquez les dates importantes à chaque palier rempli.

Si c’est difficile seul, faites-vous accompagner. Je coach surtout des Jeunes Entrepreneurs mais je conseille aussi des Professionnels. Si vous avez un besoin on peut en discuter.

 

Liens utiles

* 80% des entreprises créées au Cameroun disparaissent après 2 ans

** Le taux de survie moyen des entreprises est de moins de 30% - Jeune Afrique

 

Winnie NDJOCK


Cet article vous a été utile ? Alors n'hésitez pas à le partager. Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé de l'actualité et de contenus exclusifs, des infos et du contenu en gestion de projets, en marketing , en marketing digital et en gestion de carrière.