statut-autoentrepreneur-etablissement-cameroun-wusu-blog-winnie-ndjock-2018

Si vous êtes un aspirant entrepreneur et que vous avez lancé une recherche en ligne pour savoir comment vous lancer, vous êtes sûrement tombé sur un article parlant du statut d’auto-entrepreneur.

Techniquement ce statut n’existe pas au Cameroun. Il n’y a pas non plus une reconnaissance spéciale en tant que startupper, puisqu’en réalité c’est un joli nom tech’ pour parler d’un entrepreneur avec un projet innovant ou tout simplement celui qui a lancé une start-up. Alors pourquoi on parle du statut d’auto-entrepreneur au Cameroun ? Parce qu’il y a une équivalence : l’établissement.

Si vous avez une notion des statuts juridiques d’entreprises au Cameroun vous savez qu’on parle des entreprises individuelles, des entreprises de capitaux qui sont à responsabilité limitée (SARL) et les anonyme (SA). Si vous ne le saviez pas, maintenant vous êtes au courant et on aura l’occasion d’en reparler plus tard.

 

Le Créateur d’établissement ou Auto-entrepreneur

Nous n’avons pas tous les moyens de lancer avec une SARL et je ne parle même pas d’une SA. Surtout qu’il y a de nombreuses obligations administratives à remplir comme les statuts et la publication dans un journal officiel. Pour ne parler que de cela. Alors il y a ce statut qui vous permet de lancer une activité officielle avec le minimum.

 

Les bons points de l’auto-entrepreneuriat au Cameroun

1-Les opérations sont assez simples

Seulement elles vous prennent du temps si vous devez tout faire vous-même. Sans parler des dépenses et des erreurs que vous pouvez commettre. Je vous conseillerais donc de vous rapprocher d’un centre agréé pour la création d’une entreprise au Cameroun. Le CFCE a été ma solution quand j’ai décidé de lancer ZEN ZERE. J’ai choisi la forme de l’Ets parce que l’un de mes amis avait eu d’incroyables difficultés avec les impôts pour sa SARL et ce n’était pas le seul dans mon entourage.

2-Les frais de création sont minimes

En passant par le CFCE vous dépensez environ 50.000 FCFA et la structure est crée dans les 30 jours. Il ne vous reste plus qu’à vous faire enregistrer auprès de votre Centre Des Impôts. Chose qu’à l’époque j’ignorais. Faites le immédiatement sinon vous aurez des ennuis plus tard. Si on compte aussi les frais pour légaliser des documents et votre transport pour suivre la sortie des documents alors on peut tourner autour de 75.000 FCFA.

3-Un système d’imposition qui s’adapte

Si vous n’avez pas fait de recettes vous n’êtes pas tenu de reverser un impôt sur le revenu. Mais il est important de suivre cela dès le début sinon vous serez surpris.

4-Une comptabilité minimale

Vous n’avez pas l’obligation de produire des documents comptables compliqués et donc pas besoin d’avoir un comptable à plein temps ce qui pourrait sérieusement grever votre trésorerie. Suivez vos dépenses et vos recettes dans un registre de manière minutieuse et en considérant les pôles de dépenses habituels. De l’autre côté vous devez conservez vos documents de vente et d’achats : reçus, factures, bons….

 

Les mauvais points du statut de l’établissement

Je ne citerais rien dans un ordre hiérarchique alors pêle-mêle :

A la différence des autres formes de l’entreprise, une entreprise individuelle avec l’établissement vous lie complètement à votre activité. Les dettes de l’entreprise sont vos dettes, vos possessions personnelles sont celles de l’établissement. Autrement dit si vous devez de l’argent à l’Etat ou si pour un litige commercial la structure doit de l’argent, vos comptes personnels peuvent être saisis.

Vous êtes en tant que créateur le seul porteur de l’établissement. Juridiquement vous êtes le seul responsable. Donc même si vous prenez un gérant, s’il y a faute ou litige vous êtes le responsable. Au moins avec une société à capitaux vous pouvez légalement désigné un gérant ou un Directeur Général qui assumeront leurs fautes, tout comme des actionnaires chacun responsable à hauteur de ses parts dans l’entreprise.

Les déclarations se font chaque mois. C’est extrêmement p&nible de penser que l’on devra y passer chaque mois. Certains ont recours à un intermédiaire. Je l’ai fait avant de me rendre compte que dans ce cas j’étais dans le fliou, ignorante de ce qui se passait et où mon argent filait. Alors je m’y suis rendue.

Vous devez sacrément vous accrocher pour suivre les impôts par ici. On essayera toujours de vous faire cracher le maximum. En fait, il faudrait que l’on puisse effctuer les paiements en ligne ou depuis les guichets de banques et micro-finances pour éliminer les débordements financiers.

Vous souhaitez vous lancez et vous avez peu de moyens et pas beaucoup de notions en matière de tenue d’une comptabilité générale ? Optez pour l’établissement.

 

 

Winnie NDJOCK


Cet article vous a été utile ? Alors n'hésitez pas à le partager. Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé de l'actualité et de contenus exclusifs, des infos et du contenu en gestion de projets, en marketing , en marketing digital et en gestion de carrière.

Credit photo : Alexis Chloe on Unsplash.com