bilan-competences-developpement-carriere-formation-wusu-box-blog-2018

La nouvelle année c’est le moment des nouvelles résolutions alors terminons celle-ci avec une introspection.

Moment des bilans, faites votre bilan de compétences

Le bilan de compétences est une évaluation qui à la base doit vous permettre de savoir où vous en êtes dans votre carrière professionnelle. Aujourd’hui il est adapté aux professionnels comme aux étudiants.

J’aime parler des bilans à faire dans son travail pour bien clôturer une année ; depuis que je conseille des jeunes je pense aussi au conseil pour l’orientation professionnelle. Ils sont nombreux à avoir choisi une voie parce que les parents l’ont décidé (c’est quand même eux qui paient :-), parce que les potes ont décidé de faire de même, parce qu’un professionnel que nous prenons en référence a choisi ce métier...

Pourtant, après des années de cours, de diplômes et de frustrations on ne se sent pas à sa place. C’est souvent le moment d’un choix difficile. Continuer malgré tout en espérant aimer ensuite son boulot ou se satisfaire de son salaire, ou laisser tomber et suivre une autre voie. Maintenant que les entreprises recrutent moins et offre moins de sécurité dans l’emploi ou les conditions de travail on devrait au moins faire ce qu’on aime. Ca reste une utopie de se dire que tout le monde peut exercer le job de ses rêves, mais au moins on se bat pour ne pas être celui/celle qui devra se lever chaque jour durant des années pour se rendre dans un boulot qu’il/elle déteste.

Alors comment revoir ou définir son orientation professionnelle ? Je n’ai pas la solution finale à ce problème mais quelques pistes à exploiter.

 

Qui est concerné par le bilan de compétences

On pourrait juste dire tout le monde, seulement il y a certaines conditions à considérer et elles dépendent beaucoup de votre situation professionnelle.

1- Si vous êtes salarié

Votre bilan de compétences peut vous conduire à changer de métier, à évaluer votre place dans l’entreprise en vue de briguer un poste plus élevé ou négocier un meilleur salaire. Il peut aussi vous conduire à envisager une formation pour faciliter une promotion ou un changement de services. Dans certains cas on se rend compte que finalement l’herbe serait plus verte ailleurs. Ce n’est pas toujours une question de salaire ; parfois ça tient juste à la reconnaissance.

2- Si vous êtes étudiant

Votre bilan de compétences va concerner surtout le choix de votre orientation professionnelle et donc votre formation académique. Comme je l’ai dit plus haut, les étudiants se retrouvent souvent perdus après 5ans de formation, voire plus, incapables de dire ce qu’ils envisagent pour leur vie, comment ils imaginent leur carrière. Ajoutez à cela les nombreux mensonges qu’on leur sert dans leurs centres de formations (universités, instituts privés et autres) et vous comprendrez pourquoi arrivés en entreprises on doute de l’efficacité du système éducatif.

3- Si vous êtes sans emploi

Votre réflexion sera sûrement différente selon la durée de votre période sans emploi, selon votre situation financière (si votre famille dispose de moyens vous serez moins stressé.e qu’un.e autre), la présence de personne à charge (enfants, parents, personnes malades). Le bilan des compétences vous guidera à opter pour une formation qui vous mènerait vers une meilleure opportunité. C’est par exemple le cas avec les formations sur le digital et les ateliers qui sont pris d’assaut par des personnes qui veulent se lancer en tant que freelance ou auto-entrepreneur.

Alors si votre entreprise ne vous permet pas d’accéder à ce type d’accompagnement pensez à le faire vous-mêmes et ensuite parlez en à des membres de votre entourage.

 

Ecouter les conseils et les critiques

Certains vous diront des paroles contraires à ce que vous souhaitez entendre, surtout si vous souhaitez effectuer un changement radical comme quitter un poste super bien payé d’avocat pour créer votre pâtisserie dans une petite ville. Ce n’est pas parce qu’on vous critique que vous devez fermer vos oreilles aux paroles négatives. Prenez ça comme des mises en garde. On vous dit que ce sera difficile parce qu’il faudra s’habituer à un autre train de vie, qu’avec votre âge vous n’avez peut-être plus la même énergie, que votre manque d’expérience sera un frein, que l’univers dans lequel vous souhaitez vous lancer est impitoyable… ce sont pour la plupart des paroles justes. Vous ne pouvez pas toujours savoir quelle est l’intention derrière alors inutile de vous plonger dans la paranoïa. Si vous êtes décidé.e, utilisez ces recommandations pour définir des plans d’actions et des plans de secours.

 

Comment faire son bilan de compétences

Dans les meilleures conditions votre bilan de compétences se fait avec une tierce personne, un professionnel capable de vous écouter, d’évaluer vos compétences, de comprendre vos motivations et de vous orienter pour une évolution dans votre carrière ou une formation.

Je reviendrais sur la méthode SWOT pour faire ce bilan de compétences. Elle consiste à commencer toujours avec ces questions :

  • Qu’est-ce que j’aime faire ?
  • Qu’est-ce que je sais faire ?
  • Qu’est-ce que je souhaite faire ?
  • Qu’est-ce qui me barre la route ?
  • Qu’est-ce qui joue en ma faveur ?
  • Qu’est-ce que je dois faire pour réussir en considérant toutes ces données ?
  • Qu’est-ce que je suis prêt.e à faire ?

 

Un plan de secours dans votre carrière n’est pas un aveu de faiblesse

Vous avez des aventuriers qui vous diront que lorsque vous vous lancez vous devez le faire sans filet de sécurité. C’est vrai uniquement si vous êtes coincé.e, à court d’options sur le long terme, sans personnes à charge. Pour le dernier cas, dès le moment où vous avez la charge d’un enfant ses besoins passent avant tout. Je ne suis pas personnellement fan de l’idée de trimbaler les enfants sans avoir un plan de secours au cas où notre grande aventure tourne au cauchemar mais il arrive qu’on n’ait pas le choix. Tant que vous le pouvez explorer d’autres options de développement, des métiers à effectuer, des compétences à acquérir pour ne jamais rester sans ressources.

Pour ceux qui choisissent de le faire comme ils l’entendent, qu’ils ne portent pas de jugement sur vous puisqu’ils ne les acceptent de personnes.           

Vivez votre vie professionnelle sans vous sentir emprisonné.e.