ANDREE AVOM

Notre porteuse de solutions du jour s'est lancée dans la communication. Communiquer pour rester au contact des autres, communiquer pour être visible. Quand il s'agit de s'introduire rapidement, elle vous dit en quelquel mots que ce que l’on doit retenir d’elle c'est une personne "passionnée qui trouve sa motivation dans les challenges du quotidien". AVOM Andrée, notre talent du jour ne craint pas les défis. Voici le compte rendu de notre entretien.
Comment en êtes-vous arrivée à cette carrière dans la communication ?
C’est vrai que j’ai fait des études en sciences sociales, d’abord en littérature et langue puis en Communication. Mais pour moi, c’est une solution pour la résolution de plusieurs conflits humains.
Ethique et Développement durable. Un élément fort qui m’a marqué dans votre profil. En quoi consiste votre travail sur ces deux points ?
En quoi consistait… je devais préparer les modules de formation aux règles d’éthiques et de compliance de l’entreprise et m’assurer que le personnel y soit formé et recyclé. Le développement durable reposait essentiellement sur le suivit, l’évaluation et le maintien de l’engagement environnemental de l’entreprise.
La communication et surtout la communication digitale sont aujourd’hui mises en avant. Quelle est vraiment la part que les entreprises donnent aux outils du numérique pour rester en contact avec leur clientèle au Cameroun ?
Aujourd’hui la communication digitale est incontournable pour les entreprises. Avoir une présence sur internet est une force et nous constatons que les entreprises s’engagent de plus en plus dans le développement et l’amélioration de leur visibilité sur le digital. Ce n’est donc plus un luxe mais un must pour les entreprises de se « digitaliser ». 
Quelles sont les pires difficultés que vous avez dû surmonter dans votre carrière professionnelle et celle qui vous marquent le plus aujourd’hui ?
Je ne dirais pas difficultés mais plutôt challenges. La gestion quotidienne de l’humain dans l’univers professionnel est un réel apprentissage. Que ce soit le client ou encore les collaborateurs il faut toujours pouvoir trouver l’équilibre essentiel pour que la relation soit durable et profitable. Aujourd’hui le challenge demeure. 
La gestion des crises sur les réseaux sociaux par les entreprises camerounaises montrent à quel point certaines entreprises sont démunies face à ce problème de réputation.
Quelles seraient les 03 actions à mettre sur pied pour gérer une telle crise ?
C’est vrai que chaque crise, en fonction de son ampleur, obéit à une méthodologie d’action. Mais de manière globale, je pense qu’il faudrait d’abord définir le problème et l’accepter, analyser son impact en rassemblant les évidences et identifier toutes les parties prenantes. Ensuite, il est important de formuler des approches de communication adaptées à chacune des parties prenantes de la crise et enfin les rencontrer afin d’engager des médiations et d’assoir l’idée forte à véhiculer. 
Avec le personal branding qui est devenu si populaire, certaines entreprises n’apprécient pas que des employés bénéficient d’une forte mise en avant. Pourriez-vous recommander à une entreprise de laisser un employé se différencier par sa communication personnelle ? 
La mise en avant du personnel par les entreprises est une force, car elle démontre son humanité et suscite l’intérêt et l’émotion de ses cibles. C’est une action encadrée, planifiée et qui émane d’une stratégie définie par l’entreprise. Si cela est fait dans cette logique, avec des normes établies il n’y a pas d’inconvénient. Maintenant l’employé est libre de sa communication, du moment où elle n’entrave pas à l’éthique de son entreprise ou de sa profession. 
Quels sont vos modèles professionnels au Cameroun ou ailleurs ?
J’apprécie beaucoup M. Joseph Mbarga, Ecrivain et Concepteur-Rédacteur, très passionné par son art. 
Que diriez-vous aujourd’hui à un jeune qui veut se lancer dans la vie professionnelle ?
Demeure un éternelle étudiant. 
Merci encore pour votre disponibilité
C’est moi qui vous remercie pour cette belle opportunité. 
D'autres portraits d'entrepreneurs suivront.