social-media-limite-identite-numerique-winnie-ndjock-wusu-box-2019

En grande collectionneuse de citations que je suis, je vous ai réservé quelques phrases toutes faites qui vous aideront à mieux saisir des points essentiels dans le développement de votre présence personnelle sur les réseaux sociaux. Cela vaut pour le professionnel autant que pour le collégien et le fonctionnaire ou n'importe qui d'autre, dès le moment où il s’agit d’un être humain (voire qui veut se faire passer pour un être humain).

 

N’utilisez pas les réseaux sociaux pour impressionner mais pour impacter.

J’aime beaucoup cette phrase car elle vient se placer contre une pratique qui se généralise : l’auto-starification. Dans cette recherche effrénée de la reconnaissance du public on est prêt à dire tout et n’importe quoi. Nous sommes entrés dans l’ère du fake avec un besoin presque maladif de se présenter comme le plus beau/belle, le plus

Source: Externe

trash, le plus riche, celui/celle qui bénéficie de la plus grande reconnaissance à l’étranger ou dans le pays.

Toutes ces publications ne sont pas des fake ; certaines sont bien authentiques. Toutefois, elles ne doivent pas constituer le principal de votre communication. Dans le cas des peoples et autres personnalités publiques, il y a d’autres éléments de communication qui tiennent à leur travail dans le secteur du divertissement et de l’art (quelle que soit leur branche) ou alors de la politique. Dans le cas d’autres personnes, tout est fondé sur les acquis et les récompenses. Ne soyez pas une diva/ un divo (je n’ai pas inventé le terme).

-Illustration à droite de Sherif Arafa-

 

Gardez certains éléments de votre vie privé, PRIVES.

Dans la surexposition nous avons malheureusement perdu de vue ce qui était privé tout en essayant de revendiquer le droit à une vie privée. Il est aujourd’hui avéré que des criminels (et les gouvernements) se basent sur les informations que vous avez volontairement choisi de rendre accessibles au public.

Vous expliquez votre routine journalière en ligne, le parcours de sport suivi chaque jour à des heures précises dans ces moindres détails, vos déplacements vers le bureau et partout ailleurs, tout votre programme étalé publiquement. Parfois vous révélez des informations sur votre travail sans même le savoir où vous publiez des choses que votre employeur et vos collègues n’auraient jamais dû savoir.

Faites attention aux images, aux photos de vos enfants, aux informations sur l’école qu’ils fréquentent et d’autres données. Imaginez qu’un inconnu se présente à votre enfant en disant : « Bonjour X. Je suis ton oncle…, le fils de… Comme ton père a dû voyagé et que ta mère est occupée avec son travail là elle m’a envoyé te chercher ton frère Y et toi ». L’inconnu aura livré tellement de détails que l’enfant le suivra sans problèmes. Les alertes Enlèvements devraient vous mettre en garde.

 

Ayez le sens des priorités, il faut savoir à quel moment publier une information.

Une affiche que j’ai épinglé il y a un moment sur un de mon tableau Pinterest dédié à l'humour disait : « Consigne en cas d’incendie : Sortir de l’immeuble avant de le publier sur Facebook. »

Vous êtes en train de sortir d’un immeuble en feu mais vous vous arrêter d’abord pour filmer les flammes et la détresse des autres, ainsi que votre propre détresse avant de vous enfuir. Vous pensez déjà aux milliers de vues, aux likes, aux messages de soutien, aux possibles récupérations de vos images par les médias… 

Source: Externe

-- Illustration auteur inconnu--

Accident sur la route, des blessés partout, vous prenez d’abord la pose devant le bus accidenté au lieu d’essayer de porter secours à vos compagnons de voyage. Je ne sais pas si vous aussi vous avez eu cette image mais elle m’a choqué plutôt qu’amusée ou attristée.

Tout comme les selfies avec des personnes décédées, des selfies en train d’aider des personnes nécessiteuses et j’en passe, certaines situations doivent vous interpeller sur le bien fondé du partage. Vous pouvez bien aider une personne et communiquer dessus tout gardant de la dignité pour vous et pour la personne (presque) au centre de votre publication. Je vous assure. Il est aisé d’attirer l’attention sur l’autre et sensibiliser sur la situation qui l’a mené là et pourrait concerner d’autres. Je vous conseille donc cet article que j’ai rédigé pour les bonnes pratiques du Selfie. N’hésitez pas à le partager à ceux qui dans votre timeline sont des adeptes du « I, me and myself ».

 

Winnie BEYEME NDJOCK