cinq-questions-pieges-des-recruteurs-a-eviter-emploi-carriere-winnie-ndjock-wusu-box-2019

Les recruteurs ne sont pas des sadiques mais parfois ils introduisent des questions dans leur entretien de recrutement pour que le candidat/la candidate puisse prouver sa valeur. C’est un peu comme les questions test dans les questionnaires qu’on exploite pour des études de marchés ou des enquêtes de satisfaction. Quand la question est trop attendue, la réponse est souvent du copier-coller sans que la personne prenne même la peine de l’adapter alors on identifie assez vite les petits tricheurs.

Nous allons donc revenir sur ces questions et je vous donnerais quelques pistes à adapter à votre candidature. Quelle que soit cette question, rappelez-vous que vous êtes là pour un entretien par rapport à un poste et à une entreprise ou une organisation en particulier.

 

Quelles sont vos principales qualités ?

Quand on vous demande quelles sont vos principales qualités, évitez les mots passe-partout. On oublie vite les « je suis une personne très honnête, motivée et respectueuse ». On s’imagine bien que vous n’allez pas dire le contraire alors prenez quelque chose de plus pertinent. Evitez également de lister vos qualités. Donnez-leur un contexte.

Pour le recrutement d’un.e assistant pour le poste de Community Manager 

« Je suis organisé.e et je planifie souvent mon travail ne pas me perdre dans mes activités quotidiennes » = Une grand part dans le travail du community manager réside dans un travail de préparation des contenus, la rédaction d’un calendrier éditorial et la planification des publications.

« J’essaye de ne pas rester sur mes acquis. Je suis attentif.ve à ce qui se passe autour de moi. » = Vous savez que vous devez être en veille et apprendre s’il le faut de nouvelles compétences.

 

Quels sont vos principaux défauts ?

Pour une raison inconnue certains candidats se croient malins en esquivant cette question avec des réponses telles que : « Je suis très déterminé.e quand je travaille. Dans certains cas on dit que je suis très investi.e dans mon travail ». La bonne blague.

Je vous le dit tout de suite le recruteur est déjà en train de rigoler. Avec moi, vous me verrez baisser la tête pour vous regarder un peu au-dessus de mes lunettes. D’autres disent carrément qu’ils n’ont pas de défauts parce qu’ils sont très professionnels.

Parlez de vos défauts sans vous clouer auprès de votre espéré.e patron.ne est tout à fait possible. Il suffit de commencer par le négatif et conclure sur votre capacité à faire au mieux malgré ce léger problème :

« J’ai tendance à être très ferme sur un sujet (autrement dit je peux être buté) mais avec le travail en équipe j’ai appris à prendre mieux en compte différents avis pour évaluer ma position » = Je peux travailler en équipe même si je ne change pas d’avis comme de chemises.

 

De quoi êtes-vous le plus fier/fière dans votre carrière professionnelle ?

Une question qui revient toujours dans mes entretiens pour réaliser les portraits de porteurs de solutions. De quoi êtes-vous le plus fier/fière ?

Le piège est de se lancer dans un long monologue à votre gloire. Au lieu de dire à quel point vous êtes superbe, quel génie vous êtes et Ô combien de fois vous avez sauvé la situation. Vous n’avez pas accompli tout ça tout seul alors mettez en avant ce travail d’équipe, les expériences qui vous ont permis de vous améliorer, les leçons que vous avez apprises.

 

Quels sont vos plus grands échecs dans votre parcours professionnel ?

Une autre question que j’adore. Comment le candidat perçoit l’échec et comment est-ce qu’il le vit. Déjà si vous avez une citation sur l’échec qui permet de réussir vous la bloquez dans un coin de votre esprit et vous la gardez pour vous. C’est bien pour le storytelling mais pas pour assurer dans votre pitch de recrutement.

Prenez plutôt ce petit exemple : « J’ai lancé une activité quand je me suis retrouvé.e sans emploi. Pendant quelques mois j’y ai travaillé dur mais il m’a manqué un certain recul et je n’avais pas pu m’entourer dans les bonnes conditions. Aujourd’hui je peux m’en servir pour compléter mes compétences techniques en… ».

C’est mieux qu’une citation pour le développement personnel ; toujours contextualiser ses réponses.

 

Pourquoi pensez-vous êtes fait.e pour ce poste ?

Il y aura des variantes sur la même idée. Il est juste question de savoir si vous comprenez les impératifs de ce travail et ce que cela requière au niveau professionnel et personnel. Ne dites pas juste que vous savez résister à la pression. Tout le monde le dit à force c’est une réponse attendue. Donnez une réponse qui prouve que vous savez résister à la pression.

Par exemple : « J’ai multiplié les expériences me permettant de développer des compétences qui répondent directement à un tel poste. De plus, ce secteur a de nombreux points communs avec les milieux dans lesquels j’ai eu à évoluer comme… ».

Vous montrez que vous connaissez les défis qui vous attendent, que vous avez au moins fait l’effort de vous documenter un peu sur l’entreprise ou le domaine d’activités dans lequel vous allez évoluer. Vous êtes réellement à l’écoute du marché.

Pour d’autres questions je vous recommande la lecture d’un ancien article sur la Préparation d’un entretien d’embauche.

Merci de votre lecture et n’hésitez pas à me contacter pour discuter de votre projet professionnel.

 

Winnie BEYEME NDJOCK